Recording Reviews (I)

critics bach organ
Recording Reviews (II)
March 4, 2016

Splendour, Golden Age of North German Organ & Vocal Music

Les interprètes qui ont renoué avec l’alternance entre orgue et voix pour la musique française ou italienne n'ont pas seulement fait œuvre de « reconstitution » liturgique. Un tel rapprochement, pour nos oreilles modernes coupées de l'office religieux, prépare l'écoute des pièces pour orgue : il nous présente le matériau de plain-chant qu'elles développeront; il met en perspective, dans deux espaces sonores, une expression musicale simple et une autre beaucoup plus élaborée.

Les enregistrements qui ont recours à cette dramaturgie dans le répertoire allemand sont encore assez rares : Kei Koito en tire parti dans un programme éclectique, tout à l'honneur des « prédécesseurs de Bach » depuis Hieronymus Praetorius et Scheidemann jusqu'à la génération de Buxtehude.

Galvanisée par les timbres de l'orgue Scherer (en passe de devenir une vedette discographique) et l'insondable richesse des combinaisons qu'ils suggèrent, Koito insuffle un dynamisme magistral à ce répertoire. Ceux qui la connaissent (notamment pour l'album « Musique d'orgue avant Bach », Diapason d'or déjà) sont habitués à cette façon singulière de mettre le contrepoint en relief par un travail affûté de ses contours rythmiques. Les autres risquent d'être surpris !

Plutôt que de se concentrer sur les recoins des œuvres, elle les pense par grands aplats, quitte à ne pas se perdre dans les considérations de détail. Sûre de l'effet de ses registrations colorées, de ses diminutions et de son impétuosité, Koito avance... et nous avec, plus souvent ébahis que charmés, mais totalement convaincus. Sous ses doigts, l'orgue évoque autant l'enivrante virtuosité de la musique italienne du XVIIe siècle que le souffle chaleureux des instruments à vent lorsqu’ils sont joués lentement (O lux beata Trinitas de Hieronymus Praetorius). Semblant avoir trouvé le velours nécessaire à l'habillage de sa main de fer, elle relègue ses partenaires vocaux au second plan, et prouve que l'orgue a bien plus de ressources qu’eux pour clamer une louange et chanter une prière !

Xavier Bisaro, Diapason – « Diapason d’or »

Koito insuffle un dynamisme magistral à ce répertoire.

Xavier Bisaro, Diapason

 

Splendour, Golden Age of North German Organ & Vocal Music

 

Wahrlich eine Pracht! Welch ein Genuss, so in die „goldene“ Blütezeit der norddeutschen Orgelkunst einzutauchen, authentisch dargeboten von einer Interpretin und Kennerin ersten Ranges, der Japanerin Kei Koito, auf der 1624 von Hans Scherer dem Jüngeren erbauten Orgel in Sankt Stephan zu Tangermünde. Diese einzig erhaltene große frühbarocke Orgel mit sogenanntem „Hamburger Prospekt“ wurde 1994 von der Potsdamer Orgelbauanstalt Alexander Schuke denkmalgerecht restauriert. Der antiken Weisheit „variatio delectat“ folgend, durchwirkt die Virtuosin ihr Recital mit A-cappella-Sätzen (Psalmen, Chorälen) des 16. und 17. Jahrhunderts sowie gregorianischen Antiphonen, die den Orgelstücken textlich und melodisch entsprechen. Hierzu gewann sie das vorzügliche Vokalensemble Il Canto di Orfeo, das sich unter Leitung des Organisten und Cembalisten Gianluca Capuano auf die mitteltönige Stimmung der Orgel souverän einstellte.

Was gibt es im alten Hamburg nicht alles zu entdecken! Man denke nur an die Organisten-Dynastie der Praetorii, deren Stammvater Hieronymus (1586–1629 Organist an St. Jacobi) mit seinen ausgreifenden Orgel-Versetten die norddeutsche Tradition des Cantus-firmus-gebundenen Orgelchorals begründete. Bemerkenswert zudem, wie rasch sich die venezianische Mehrchörigkeit nach Norddeutschland fortpflanzte. Wobei Jan Pieterszoon Sweelinck, der Hieronymus’ Söhne Jacob d. J. und Johann unterwies, als Zwischenträger in Betracht kommt. Leider gingen viele Dokumente zur Geschichte der Hamburger Kirchenmusik beim großen Brand von 1842 in Flammen auf.

Eine erstaunliche Stilsynthese, in die die Kunst der englischen Virginalisten, vermittelt durch Sweelinck, ebenso einging wie die Harmonie- und Kontrapunktlehre Zarlinos, gelang dem Hamburger Katharinen-Organisten Heinrich Scheidemann (ca. 1596–1663). Da die Orgel der hafennahen Kirche 1587 von Hans Scherer dem Älteren 1587 gebaut wurde, dürfte die tastenflinke Kontrapunktik seiner Fantasiae auf der Scherer-Orgel zu Tangermünde dem ursprünglichen Klangbild einigermaßen nahe kommen.

Respekt weckt Kei Koito auch vor der Meisterschaft des Schleswiger Hoforganisten Franz Tunder, seit 1641 Marienorganist zu Lübeck, und des Lüneburger Johannes-Organisten Georg Böhm, der mit hoher Wahrscheinlichkeit den jungen Bach unterrichtete. Vermutlich holte sich der Amtsvorgänger Dieterich Buxtehudes die venezianischen Anregungen bei Melchior Borchgrevnik in Kopenhagen, einem Schüler Giovanni Gabrielis. Böhms stilistische Gewandtheit bezeugen zwei Bearbeitungen des Luther-Chorals „Vater unser im Himmelreich“: einmal vierstimmig in Pachelbels Art, einmal mit ausgeziertem Sopran in modo italiano. Dass die Japanerin ihr leidenschaftliches Spiel mit aufschlussreichen Kommentaren begleitet, erhöht den Reiz dieser schmucken Edition.

Lutz Lesle, Journal für die Orgel – « 5 von 5 Pfeifen: Referenz »

Wahrlich eine Pracht! Welch ein Genuss, so in die „goldene“ Blütezeit der norddeutschen Orgelkunst einzutauchen, authentisch dargeboten von einer Interpretin und Kennerin ersten Ranges, der Japanerin Kei Koito, auf der 1624 von Hans Scherer dem Jüngeren erbauten Orgel in Sankt Stephan zu Tangermünde.

Lutz Lesle,
Journal für die Orgel

 

Splendour, Golden Age of North German Organ & Vocal Music

 

This splendid and beautifully recorded CD is a tribute to its engineers as well as to the artists who chose and performed such interesting and well-researched music. This is the best tribute to this year’s Lutheran celebrations that I have heard, and it captures the richness of the interplay between the outstanding Hans Scherer organ of St Stephanskirche in Tangermünde and the chorales, motets and Gregorian chant sung by the Italian group, Il Canto di Orfeo, whose contributions were recorded in a sacristy in Milan. Try the amazing organum on track 17 as a taster!

As in her Bach Vol. 5, recorded equally well on the Volkland organ in the Cruciskirche in Erfurt, the choice of instrument seems exactly right for this music. Like the Erfurt organ, this remarkable survival of the 1624 Hans Scherer organ was reconstituted by Alexander Schuke of Potsdam and is tuned pretty mean at 486hz. She draws attention to the remarkable 8’ Pedal Octavenbaß and we hear it used on its own, where it has the clarity and dignity of a G violone at the bottom of an early Baroque instrumental ensemble as well as providing a rich fullness to the pedal organ in combination with the Untersatz or the Bassunenbaß. The manual reeds on the Oberpositiff are colourful, the OberWerke is based on the 16’ principal, and its mixtures are related to that pitch. It seems possible to combine ranks in almost any combination, and her choice of registration lets us hear the variety as well as the depth of this almost unique survival of its period and place.

As her helpful notes – you need to check the English version with the German when it seems peculiar – disclose, the connections between the composers represented and the socio-cultural as well as musical worlds that they inhabited is remarkably complex. She lists which composers’ works are found in which libraries, and the relatively brief notes (nine pages) are full of detailed information and further references. As in her other recent recordings, only the specification is given in the booklet, but the detailed registration is provided in full on her website, to which the booklet refers.

I enjoyed the artistry, the planning of the programme, the collaboration with the Italian OVPP group, the beautifully recorded organ and its colourful registers in equal measure. This is a well-thought-out, and very musical programme, performed with great skill. The sounds are exciting, and the overall concept is excellent. I cannot commend it too highly.

David Stancliffe, Early Music Review – « 5 on 5 stars »
Performance: 5/5, Recorded sound: 5/5, Booklet notes: 5 /5, Overall presentation: 5/5

This is a well-thought-out, and very musical programme, performed with great skill. The sounds are exciting, and the overall concept is excellent. I cannot commend it too highly.

David Stancliffe, Early Music Review

 

Splendour, Golden Age of North German Organ & Vocal Music

 
 

There are two stars on this recording, the player and the instrument. Right from the first bars of the opening Tunder Praeludium the full sound of this stunning organ, expertly recorded here, shines through with the splendour of the disc’s title. The instrument is the early 17th-century Hans Scherer organ in the Stephanskirche in Tangermünde, restored in 1994 by Alexander Schuke. Koito follows the Tunder with Buxtehude’s Nun komm der Heiden Heiland played on flutes which immediately shows the quieter side of the organ. The rest of the programme is chosen to showcase it in music by Hieronymous and Jacob Praetorius, Scheidemann, Weckmann and Böhm. There is lots of antiphonal playing which contrasts various stop combinations, while the meantone tuning and beautifully-even voicing make it a joy to listen to. Koito’s playing matches the brilliance of the organ with fluent and unforced phrasing, enhanced by intelligently-applied ornamentation. The organ music is interspersed with chorale settings by earlier German composers like Hassler and Michael Praetorius and with some plainchant. As on Koito’s other recordings, the gaps between tracks are minimised which helps the flow between them. Continuity is also helped by particular groupings of tracks around successive verses of the Magnificat and the German Vater unser. The vocal tracks are sung by Il Canto di Orfeo and are mostly of a suitable brightness to match the organ. There is some anomalous Solesmes-style plainchant, and parallel-fifth organum, but generally the match between organ and singing works well. Koito has written her own very helpful liner notes and there is more comprehensive information about registrations, texts and translations, biographies on her website. This is a most impressive recording indeed which makes a compelling case for the importance of the North German organ and its repertoire.

Noel O’Regan, Early Music Review – « 5 on 5 stars »
Performance: 5/5, Recorded sound: 5/5, Booklet notes: 5 /5, Overall presentation: 5/5

Koito’s playing matches the brilliance of the organ with fluent and unforced phrasing, enhanced by intelligently-applied ornamentation.

Noel O’Regan, Early Music Review

 

Splendour, Golden Age of North German Organ & Vocal Music

 
 

Chaque nouveau disque de Kei Koito est de l’ordre de l’évènement tant par l’originalité du programme que par l’interprétation savante des textes musicaux, ici sur un instrument nord-allemand miraculeusement préservé des vicissitudes du temps. Un chœur d’une rare finesse ponctue et replace ces musiques dans leur contexte et leur destination première. Le jeu de Kei Koito dansant et aéré rend ces vieilles polyphonies parfois austères plus vivantes, capables de nous toucher naturellement à plusieurs siècles de distance.

Le présent album s’intitule Splendour. Il s’agit bien de cela : la splendeur de l’orgue pré-baroque allemand, celui qui a précédé l’époque magnifiée par le facteur d’orgue Arp Schnitger. A Tangermünde, dans la région de Berlin, un orgue de grande taille, 16 pieds en montre avec positif de dos fut construit en 1624 par Hans Scherer. Par chance, cet instrument a traversé les siècles sans que rien de fondamental en lui ne soit changé, même les grands tuyaux de façade, qui furent souvent réquisitionnés pour effet de guerre sont encore en place depuis l’origine. De plus, une restauration réussie en 1994 a confirmé l’immense valeur de ce témoin unique du passé.

Autre splendeur d’importance : la pléiade d’artistes compositeurs qui déferlent dans le monde musical de l’orgue au tournant du XVIIe siècle. C’est une époque bénie où en Allemagne mais aussi dans toute l’Europe, les plus beaux recueils vont être constitués, ouvrant par la même une ère nouvelle de la création musicale. Kei Koito a construit un programme mettant en valeur des pièces d’orgue replacées dans leur contexte spirituel grâce à la présence d’un petit chœur que dirige Gianluca Capuano. Les chorals sont ainsi introduits par leurs mélodies chantées, parfois en polyphonie. Un dialogue s’installe en alternance et en harmonie avec les timbres de l’orgue. Kei Koito prend à bras le corps l’instrument grâce à un subtil toucher qui gère à la fois la réactivité de l’air et la mécanique ancienne qui présente parfois quelques inégalités de toucher que l’auditeur ne soupçonne pas. La réussite d’un tel défi est de rendre lisible, accessible et heureuse cette musique pour nos oreilles contemporaines.

Ensuite, il est passionnant de déceler les personnalités des divers compositeurs, parfois bien distantes et d’en appréhender les influences. Cette musique, sortie tout droit de la Renaissance et portée par un orgue antique proche des vieux instruments flamands eux-mêmes inspirés par l’Italie et l’Espagne, nous rappelle le sud et ses savants bavardages, cette rhétorique omniprésente retrouvée intacte chez Weckman, Jakob Praetorius ou Scheidemann. Kei Koito la souligne à diverses reprises dont le choral du Notre Père de J.Praetorius… Quelle belle et instinctive agogique ! On entend combien une Europe de l’orgue et de ses compositeurs existe depuis la Renaissance, avec une influence fondamentale de l’Italie.

Deux figures majeures s’affrontent dans ce disque : Dietrich Buxtehude et Georg Böhm. Le premier assez inclassable dans son génie incantatoire, l’autre plus normalisé dans un discours concertant, ce dont Bach s’inspirera au plus haut point. La danse sacrée du Vater unser orné en est une démonstration parfaite avec ses italianismes que souligne l’interprète par un jeu enjoué et une ornementation débordante. Les splendeurs de ce disque sont bien là une nouvelle fois, car l’approche est nouvelle et révélatrice d’un monde que l’on croyait connaitre, déjà…

La prise de son est remarquablement équilibrée pour l’orgue et pour le chœur, en une belle équipe à l’écoute de l’acoustique et de ses effets sur le discours musical. Dans ce vaste firmament, Kei Koito et ses amis ont su décrocher pour nous quelques étoiles scintillantes et vibrantes de sensibilité. A l’écoute de ce monde là, tout est prêt pour accueillir Johann Sebastian Bach, celui qui synthétise ce passé glorieux et prépare l’avenir.

Frédéric Muñoz, ResMusica – « Clef de ResMusica »

Chaque nouveau disque de Kei Koito est de l’ordre de l’évènement tant par l’originalité du programme que par l’interprétation savante des textes musicaux...

Frédéric Muñoz, ResMusica

 

Splendour, Golden Age of North German Organ & Vocal Music

 
 

Once praised for its perfection by Michael Praetorius, the 1624 Hans Scherer organ of St Stephan of Tangermünde is one of the only surviving ‘Hamburg-Prospekt’ organs from the early Baroque period in northern Germany still practically in original condition. The organ’s restoration some 20 years ago gave it back its original tone and mean-tone temperament, and it’s now a rare instrument on which we can accurately recreate the sounds of the period in music by the Praetorius family, Buxtehude, Böhm and Weckmann.

This quietly delightful recording by organist Kei Koito and vocal ensemble Il Canto di Orfeo pairs works from this golden age of German organ music with chorales, hymns and chants. The result is neither quite liturgy nor concert but a sort of musical meditation in which we often trace a single chorale melody or hymn tune from its origins through embellished organ arrangements and variations.

The sequence, which at a glance seems rather one-note, actually gives a strong sense of the stylistic breadth of the period, featuring Venetian-style polychoral dances alongside wonderfully austere Lutheran works. Using some original registration suggestions, organist Kei Koito gives her listeners a tour of her characterful instrument. Soft-spoken reeds bring an otherworldly delicacy to the long, unbroken melody of Praetorius’s O lux beata Trinitas, while Buxtehude’s punchy Nun lob, mein Seel glitters brass-bright.

The vocal works, directed by Gianluca Capuano, are exemplary, the vibrato-less purity and soft blend of their solo voices mirroring with uncanny sympathy the tone of the organ itself. Plainchant lilts and curves with ease, and everything from that to various Lutheran hymns and a charming little chanson-like psalm-setting by Goudimel, J’ayme mon Dieu, is dextrously and unobtrusively shaped. Oh for some texts and translations, though, to give the full picture of works whose sacred words are all-important.

Alexandra Coghlan, Gramophone Magazine

This quietly delightful recording by organist Kei Koito and vocal ensemble Il Canto di Orfeo pairs works from this golden age of German organ music with chorales, hymns and chants.

Alexandra Coghlan, Gramophone Magazine

 

Splendour, Golden Age of North German Organ & Vocal Music

 
 

Ses enregistrements de Bach avaient valu à Kei Koito les honneurs de la critique. Les qualités qui ont fait sa renommée saisissent l’auditeur dès la première écoute. Kei Koito c’est, d’abord, du feu, du rythme et une nervosité toute fantasticus. Kei Koito, c’est aussi un chant et une délicatesse qui insufflent à l’écriture rigoureuse des Buxtehude, Praetorius, Scheidemann et autres Böhm, le caractère tour à tour dansant, altier, grivois et délicat d’une chanson de geste ou d’un retable anversois. Le Praeludium en sol de Tunder, tempête baroque à laquelle les accents mésotoniques de l’instrument confèrent une tournure spectaculaire, donne d’ailleurs immédiatement le ton.

Mais Kei Koito c’est, surtout, une recherche et une maîtrise à toute épreuve. Maîtrise d’un instrument à nul autre pareil, le grand orgue Hans Scherrer (1624) de l’église Saint-Etienne de Tangermünde (Saxe-Anhalt) admirablement touché. Maîtrise d’un propos qui transporte l’auditeur dans un rêve érudit à travers l’Allemagne primitive dont nous découvrons les sources liturgiques, luthériennes ou grégoriennes, magnifiquement interprétées (au tempérament mésotonique !), par l’ensemble Il Canto di Orfeo de Gianluca Capuano.

Splendour est un disque indispensable pour les mélomanes désireux de se plonger dans l’âge d’or de l’orgue allemand et l’opulence musicale de la Hanse baroque.

Aurore Leger, Classica – « 5 sur 5 étoiles »

Kei Koito c’est, d’abord, du feu, du rythme et une nervosité toute fantasticus.

Aurore Leger, Classica

 

Splendour, Golden Age of North German Organ & Vocal Music

 
 

Dans l’église Saint Etienne de Tangermünde, une ville d’une dizaine de milliers d’habitants située à une centaine de kilomètres à l’ouest de Berlin, se trouve l’un des orgues les plus anciens de toute l’Europe. Construit vers 1624, plusieurs fois restauré, démonté en 1990 puis remonté en 1994 suivant le devis d’origine, il a conservé 28 des 32 jeux d’origine. C’est ainsi qu’il a naturellement tenté Kei Koïto, qui poursuit inlassablement son exploration des œuvres composées par les maîtres du baroque allemand. Splendour est consacré à l’âge d’or de la musique d’orgue d’Allemagne du nord, un répertoire particulièrement adapté à l’instrument de Tangermünde, caractéristique des facteurs hambourgeois de l'époque de la Hanse. Le programme est riche, mêle des pièces chorales aux morceaux pour orgue seul, et crée une atmosphère typique des célébrations où cette musique accompagne le recueillement et les cortèges des fidèles. Kei Koïto est particulièrement à l‘aise dans ce registre à la fois lyrique et grave, mais le plus remarquable est la sonorité globale de ces orgues, plus ronde, plus moelleuse et plus imposante que celle de la plupart des orgues baroques, probablement grâce au matériau ancien des tuyaux et aux résonances de l’édifice.

Gérard Pangon, Musikzen

Kei Koïto est particulièrement à l‘aise dans ce registre à la fois lyrique et grave...

Gérard Pangon, Musikzen

 

Baroque Organ Concertos

 

Le concerto instrumental comme objet de transcription pour orgue au début du XVIIIe siècle : un thème passionnant, déjà illustré plusieurs fois au disque, et avant tout dans les réalisations de Bach (BWV 592-596). Faut-il s’étonner de voir ces dernières écartées d’un programme habile et inattendu ? C’est que Kei Koito les gravait déjà dans l’un de ses tout premiers disques, en complément des Sonates en  trio (Harmonic Records).

Le nouvel album sort de l’ombre l’instrument de la Aa-kerk (l’église de Groningen proche de la rivière… Aa !), quelque peu occulté par son célébrissime voisin de la Martinikerk. La plénitude des timbres, l’équilibre des plans sonores et une prise de son domptant l’acoustique du long vaisseau sont un bonheur. Kei Koito raffine une large palette de combinaisons et joue des changements de registration en cours de mouvement : sous ses doigts il ne s’agit pas d’artifices, mais d’éléments fondateurs du discours.

Aux inévitables transcriptions de concertos italiens par Bach (BWV 985 d’après Telemann ou son cousin Johann Gottfried Walther), Koito ajoute ses propres arrangements (Suite en sol mineur d’après Haendel) ou d’autres dus à la plume de l’organiste Francesco Tasini. La vigueur et l’inventivité du jeu – deux qualités qui valaient un Diapason d’or au précédent récital de Koito, cf. no 637 – font merveille. Il se pourrait même que le genre concertant soit celui qui se prête le mieux aux impétuosités de l’interprète.

Reposant sur un montage de brefs motifs mélodiques enserrés dans de longues séquences harmoniques, le concerto instrumental en vogue pendant la jeunesse de Bach nécessite une bonne dose d’initiative pour ne pas tourner en rond. Fermement assumés par l’interprète, les exemples qu’en donne le programme vibrent d’une lumière et d’une tension irrésistibles. L’idée d’octavier vers le grave le solo de deux mouvements lents (Albinoni et Telemann), à la façon des tierces en taille chères aux maîtres français, s’avère payant.

Que l’avant-propos de cet enregistrement soit signé par Reinhard Goebel ne tient pas au hasard : c’est dans le sillage de celui qui revivifia au disque le concerto italien vu depuis la Saxe que Kei Koito entend fort justement se placer.

Xavier Bisaro, Diapason

Kei Koito raffine une large palette de combinaisons et joue des changements de registration en cours de mouvement : sous ses doigts il ne s’agit pas d’artifices, mais d’éléments fondateurs du discours.

Xavier Bisaro, Diapason

 

Baroque Organ Concertos

 

Le concerto baroque trouve dans la transcription pour orgue moins une miniature qu’un prolongement. L’instrument à tuyaux sait autant évoquer le velouté des cordes que rendre l’éclat des hautbois et des trompettes. Bach, dans le sillage de son cousin Walther, a d’emblée porté le genre au plus haut, adaptant la partition originale par des développements harmoniques, des variations rythmiques ou l’enrichissement du contrepoint. Kei Koito suit cette voie pleine de verve, d’inventivité et de troublante ambiguïté.

Elle prend la plume pour transcrire Haendel, prolonger une œuvre inachevée, transposer une transcription pour le clavecin. L’improvisation n’est pas loin dans les cadences, les changements de registrations aussi surprenants que bienvenus ou une ornementation fort développée. L’interprète satisfait pleinement son goût de la couleur et des dynamiques tranchées. Comme Ton Koopman dans les concertos transcrits par Bach, elle choisit un instrument Arp Schnitger, celui de l’Aa-kerk de Groningue (Pays-Bas), moins célèbre que celui de la Martinikerk mais dont la palette est tout aussi étendue. Elle prend un plaisir évident à faire ressortir les parties de l’orchestre, comme cette basse continue chantant à travers les magnifiques 32’ que restitue une prise de son très réaliste. Prenant le parti de l’orchestre, cette interprétation tonique complète d’autres enregistrements davantage orientés vers le clavier, au premier lieu desquels figurent les concertos de Walther qu’interprète Olivier Vernet (Ligia). Mais nul n’aura autant insisté sur le foisonnement, les effets de contrastes et les jeux de métamorphoses qui constituent l’âme de ces concertos baroques.

David Loison, Classica

Kei Koito satisfait pleinement son goût de la couleur et des dynamiques tranchées.

David Loison, Classica

 

Baroque Organ Concertos

 
 

This is an imaginative programme of concertos by Handel, Vivaldi, Telemann, Albinoni and Torelli, played on a three-manual, 40-stop Schnitger organ, colourfully registered. The four concertos by Vivaldi, Albinoni, Torelli and Telemann were organ transcriptions by Johann Gottfried Walther, while the remaining concertos and isolated movements have been adapted to the organ from harpsichord works. Particularly effective is Kei Koito’s choice and arrangement of several Handel pieces.

David Ponsford, Choir & Organ

Particularly effective is Kei Koito’s choice and arrangement of several Handel pieces.

David Ponsford,
Choir & Organ

 

Baroque Organ Concertos

 
 

Het resultaat mag er zijn. Niet alleen door de indrukwekkende klanken van het orgel, maar ook door de mooie opname, de uitstekende inleidende tekst van niemand minder dan Reinhard Goebel en niet in de laatste plaats door een schat aan informatie in de vorm van foto’s en registraties op de website van de organiste.

Een juweel van een plaat!

Siebe Riedstra, Opus Klassiek

Een juweel van een plaat!

Siebe Riedstra,
Opus Klassiek

 

Baroque Organ Concertos

 
 

The result is impressive. Not only by the impressive sounds of the organ, but also because of the beautiful recording, the excellent introductory text of none other than Reinard Goebel, and as well by a treasure of information in the form of pictures and registrations on the website of the organist.

A jewel of a record!

Siebe Riedstra, Opus Klassiek

A jewel of a record!

Siebe Riedstra,
Opus Klassiek

 

Baroque Organ Concertos

 
 

De flamboyants concertos baroques pour orgue par Kei Koito :
Ce nouveau CD de Kei Koito nous permet tout d’abord de retrouver l’orgue prestigieux de la Aa-Kerk de Groningen aux Pays-bas. Il s’agit du deuxième orgue construit par Arp Schnitger en 1702 dans cette ville, aux côtés du grandiose et célèbre instrument de la Martinikerk toute proche. Agrandi au XIXe siècle, l’esprit du grand facteur fut préservé lors d’une restauration très réussie effectuée par Gebr. Reil en 2011. Déjà honoré par divers disques depuis les années 70, en particulier par Harald Vogel, puis Marie-Claire Alain au sein d’une 3ème intégrale Bach, cet orgue retrouvé dévoile dans le présent enregistrement toutes ses possibilités sonores et orchestrales baroques, idéales pour traduire un bouquet d’oeuvres où chaque élément apporte sa couleur et son ambiance.

Le programme débute par une suite de Haendel reconstituée par Kei Koito avec son ouverture en stile francese entonnée sur trompette et cornet révélatrice d’une influence curieusement française pour cet orgue. Place ensuite à d’autres auteurs anciens, eux-mêmes transcripteurs féconds, dont Johann Gottfried Walther qui fut leur chef de file avec pas moins de quatorze adaptations de concertos, dont deux sont présentés ici (d’après Vivaldi, Telemann et Albinoni). A l’écoute, tour à tour enjouées dans les Allegro et lyriques dans les Adagio, ces pièces, en ces circonstances, sonnent souvent mieux qu’à l’orchestre, devenant oeuvres nouvelles, cohérentes et convaincantes. Aucun des musiciens du passé ne s’y est trompé. Revenant à Haendel, on apprécie une adaptation « organo solo » d’un concerto pour orgue et orchestre en Fa réalisée par John Walsch en 1735, l’un des sommets de ce disque, où Kei Koïto déploie de grandes qualités d’élégance et de liberté.

Afin de rompre l’éventuelle monotonie d’une suite de concertos dans le format habituel vif-lent-vif, l’organiste propose des intermèdes, mouvements isolés puisés encore dans cette mine inépuisable. Bach est bien là avec un Vivaldi transcrit à l’origine pour le clavecin et que l’orgue transporte dans un élan lyrique inégalé.

C’est donc un vrai laboratoire que cet art de la transcription qui donne souvent des oeuvres aussi passionnantes que les compositions originales.

Soutenue par une prise de son enveloppante et raffinée, l’interprétation de Kei Koito, d’une grande noblesse, fruit de foisonnantes recherches, nous émeut au plus haut point, par son art du discours et sa personnalité reconnaissable entre toutes, marque des plus grands maîtres.

Frédéric Muñoz, ResMusica

... l’interprétation de Kei Koito, d’une grande noblesse, fruit de foisonnantes recherches, nous émeut au plus haut point, par son art du discours et sa personnalité reconnaissable entre toutes, marque des plus grands maîtres.

Frédéric Muñoz, ResMusica

 

Baroque Organ Concertos

 
 

Dear Kei, Your CD is really splendid!! I’ve been listening to it several times. The use of the organ is unexpected and daring and it results in beautiful colours.

Your interpretation is on the highest level.

Peter Westerbrink, Organist of the Aa-kerk, Groningen, NL

 
Your interpretation is on the highest level.

Peter Westerbrink
Organist of the Aa-kerk

 

Baroque Organ Concertos

 
 

L’orgue et ses registres secrets

Pour son nouveau disque, l’experte en instruments historiques Kei Koito a porté son choix sur l’orgue baroque d’une église de Groningen, dans le nord des Pays-Bas. Daté de 1702, ce colosse aux registres secrets dévoile ses sonorités dans des concertos de Telemann, Vivaldi, Torelli et Albinoni, transcrits pour orgue seul. L’interprète japonaise a elle-même arrangé une partie des pages, notamment cette Suite en sol mineur de Haendel pleine de rebondissements. Tantôt boisés, tantôt lumineux, les timbres s’enchevêtrent pour former un tissu sonore flamboyant. Dire qu’il suffit d’une seule personne pour révéler le caractère grandiose et théâtral de cette musique…

Benjamin Ilschner, Le Courrier de Genève & La Liberté de Fribourg

Tantôt boisés, tantôt lumineux, les timbres s’enchevêtrent pour former un tissu sonore flamboyant.

Benjamin Ilschner,
Le Courrier de Genève & La Liberté de Fribourg

 

Bach, le génie aux claviers

 
 

25 CDs choisis par Diapason (janvier 2016)

Toccata et fugue en ré mineur, BWV 565
Kei Koito (orgue)

Sur l’orgue Silbermann des ducs de Saxe, Kei Koito en déploie crânement tout le panache décoratif, toute l’ivresse tourbillonnante, toute la pompe rhétorique.

Gaëtan Naulleau et Paul de Louit, Diapason

... Kei Koito en déploie crânement tout le panache décoratif...

Gaëtan Naulleau et Paul de Louit, Diapason

 

Organ Music before Bach

 
 

Quels caractères ! Quelles couleurs ! Après une splendide anthologie Buxtehude et tandis qu’elle poursuit un cycle Bach au ton très personnel, Kei Koito élargit son horizon avec un florilège venu de l’Allemagne centrale et méridionale. Cap au sud dès le choix de l’instrument, dont le nombre de jeux relativement restreint ne bride pas l’inventivité de la registration tant ces jeux, individuellement ou combinés, recèlent de nuances. Et la route se poursuit avec les compositeurs au programme, pour qui l’univers musical italien était connu directement (Kerll, Froberger, Muffat) ou transmise par l’entremise de maîtres ayant voyagé (Pachelbel). Leurs oeuvres témoignent de cette rencontre essentielle dans l’évolution de leur langage (notamment au travers des genres de la toccata et de la canzona) mais non exclusive : les chaconnes ponctuant le disque rappellent que la France constitua un autre de leurs pôles d’inspiration. La synthèse stylistique opérée par ces compositeurs a inspiré Kei Koito. Si son jeu est toujours aussi singulier, aussi déterminé, articulé, musclé, il trouve aussi chaque fois une forme d’équilibre et une souplesse captivantes. La polyphonie des ricercari respire avec aisance, les pièces sur la basse obstinée sont menées avec la franchise et l’énergie qu’appelle leur essence à la fois chorégraphique et orchestrale. Cette vitalité – qui n’est pas sans rappeler le clavecin d’Andreas Staier dans des répertoires équivalents – évite aux plages méditatives de sombrer dans la complaisance : la Meditation faist sur ma mort future de Froberger profite de la profondeur des fonds de l’orgue de Wolfegg pour se transformer en une superbe Toccata per l’elevazione.

Si l’on ajoute à cela un instrument haut en couleur, un enchaînement habile des pièces par séquences tonales et une prise de son extraordinaire, ce récital offre une parfaite introduction à l’art de ces organistes que Johann Sebastian Bach, selon le témoignage de son fils Carl Philip Emanuel, connaissait et appréciait.

Xavier Bisaro, Diapason

Si son jeu est toujours aussi singulier, aussi déterminé, articulé, musclé, il trouve aussi chaque fois une forme d’équilibre et une souplesse captivantes.

Xavier Bisaro, Diapason

 

Organ Music before Bach

 
 

Kei Koito.
1736 Johann Jakob Hör organ, Pfarrkirche St. Katharina, Wolfegg, Germany
Deutsche Harmonia Mundi – Sony Music 8843040912. 78’37

Pachelbel Toccata In D Minor, Ciacona In D Minor, Fantasia In D Major (ex EC Flat Major), Vom Himmel hoch, da komm’ ich her, Toccata in G Minor, Ciacona in G Minor (ex F Minor), Fantasia in C Major, Toccata in C Major, Prelude in E Minor, Fugue in E Minor; Muffat Toccata prima, Ciacona in G Major, Toccata decimal; Fischer Ricercar pro Festis Pentecostalibus, Chaconne in F Major, Rigaudon & Rigaudon double, Passacaglia in D Minor; Kerll Passcaglia in D Minor; Froberger Ricercar in D Minor, FbWV 411, Canzon in G Major, FbWV 305, Meditation faist sur ma Mort future laquelle se joue lentement avec discretion, FbWV 611a

Despite the all-encompassing title of this CD, the focus is on German organ music before Bach and, more specifically, South German and Austrian music. The opening piece is by Pachelbel, an organist composer raised in the strict Lutheran tradition. But the Italian influence is immediately apparent. Like so many other German organists of the period, culminating in Bach, Pachelbel was part of a musical succession that traced its musical roots back to Frescobaldi. His pupil, Froberger, was instrumental in spreading his style throughout Europe, with Catholic Vienna being the focus of much of this musical interchange. Muffat was a pupil of Lully in Paris as well as Corelli in Rome and produced a synthesis of French and Italian styles, as represented by two of his majestic Toccatas and a gentle Ciacona.

The organ is in the typical South German Countere Reformation style – Wolfegg is close to the famous organ in Weingarten. It has few reeds, and gentle flue work with a range of colourful 8’ stops including, in this case, a Viola, Viola da Gamba, Salicional and a Quintatön alongside the usual Principal and Coppel stops. These colourful stops were designed to be used in various combinations with each other, one example being Pachelbel’s durezze style Fantasia (track 4) which combines the Viola and Viola da Gamba to produce a delightfully breathy opening transient to the notes. To these two stops are added the Salicional and Coppel in the middle part of Froberger’s Canzon V (track 17). The organ is tuned in a meantone temperament, which entailed the transposition of a couple of the pieces into more usable keys. The organ specification and registrations can be found here. Programme notes can be found here.

Kei Koito plays with an understanding of period performance and a good sense of touch and articulation. She adds several musical interventions of her own, but always in appropriate style, and lists her historic influences in the programme notes. The inter‐changeability of much keyboard music of this period is demonstrated in Froberger’s Meditation faist sur ma Mort future laquelle se joue lentement avec discretion (‘Meditation on my future death – to be played slowly and with discretion’) which sounds very effective on the organ, rather than the harpsichord or lute. There is far less silent time than usual between the tracks. I don’t know if this is deliberate, but it does allow the music to flow from piece to piece in a rather attractive manner.

Andrew Benson-Wilson, 
Early Music Reviews

 
Kei Koito plays with an understanding of period performance and a good sense of touch and articulation.

Andrew Benson-Wilson, 
Early Music Reviews

 

Organ Music before Bach

 
 

Kei Koito révèle la musique baroque pour orgue de l’allemange du sud

Lorsque l’on a goûté aux disques de Kei Koito, une douce addiction envahit l’auditeur à tel point que toute nouvelle parution est attendue avec une impatience toujours récompensée.

Après nous avoir livré plusieurs volumes consacrés à Johann Sebastian Bach, Nivers et Buxtehude, Kei Koito propose une anthologie des maitres allemands du sud avant Bach, largement influencés par la France et l’Italie. Il s’agit d’un répertoire moins connu et apprécié, mais tout aussi passionnant, même s’il n’attire pas autant notre public contemporain. Pour autant ces auteurs furent grandement inspirés à la fois par le côté sacré de divers ricercare et chorals ainsi que par le côté profane lié aux danses illustrées par les chaconnes et les passacailles. « Les goûts réunis » sont ainsi proposés et soulignés par des instruments en parfaite adéquation avec cette synthèse musicale.

Le présent enregistrement propose un orgue de Johann Jakob Hör construit en 1736 et admirablement restauré par Hermann Weber en 2008. Il s’agit d’un instrument caractéristique de cette Allemagne du sud dont la facture s’inspire largement de la France et de l’Italie, bien éloignée des modèles de Schnitger du nord de l’Allemagne. L’orgue riche de trois claviers possède très peu de jeux d’anches, seulement deux, mais multiplie les fonds de 8 et 4 pieds depuis les flûtes larges jusqu’aux gambes étroites, ce qui procure une diversité de timbres très subtile. Il y a beaucoup de suavité dans la pâte sonore, avec à la fois, comme le fait remarquer l’artiste elle même, de la douceur et de la vigueur en même temps, « forte ma dolce » dira Brahms un peu plus tard.

Grâce à Kei Koito, ces oeuvres apparaissent sous un jour nouveau, par une approche tournée vers la danse et la rhétorique, fleurons même de l’art baroque. La découverte par l’interprète d’un orgue idéal pour ce programme l’inspire au plus haut point. Ce répertoire sort enfin de l’ombre et resplendit de ses ombres et de ses lumières, de ses contrastes et de ses élans de joie. Quelle belle leçon de musique pour le spécialiste ou le simple amateur friand d’émotions, soutenue par une captation de l’orgue de tout premier ordre : les basses sont enveloppantes sans jamais envahir.

Un récital à connaître assurément, par une très grande dame de l’orgue.

Frédéric Muñoz, ResMusica

Lorsque l’on a goûté aux disques de Kei Koito, une douce addiction envahit l’auditeur à tel point que toute nouvelle parution est attendue avec une impatience toujours récompensée.

Frédéric Muñoz, ResMusica

 

Organ Music before Bach

 
 

This CD presents a fine récital of south German organ music before Bach: Froberger, Muffat, Fischer, Kerll and Pachelbel, in which a wide variety of genres – toccatas, ciaconas, fantasias, ricercars, passacaglias, canzonas, as well as a prelude and fugue – are played on a wonderful sounding organ from 1736, in mean-tone temperament at A427 Hz. Kei Koito studied with a wide range of European experts in baroque music (not just organists), and this shows in her rhetorical delivery and sensivity to this historic organ. Even Froberger’s Meditation on his future death (actually a harpsichord piece) is played with conviction.

David Ponsford, 
Choir & Organ

Kei Koito studied with a wide range of European experts in baroque music (not just organists), and this shows in her rhetorical delivery and sensivity to this historic organ.

David Ponsford, 

Choir & Organ